Non classé

# Le théorème des Katherine de John GREEN

katherine.pngQuel livre ?

« Le théorème des Katherine » de John GREEN

Pages

Éditions NATHAN

De quoi parle t-il ?

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE. Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.

Je vous en dit un petit peu plus.

Pour commencer, je ne vais pas vous mentir, je l’ai abandonné une première fois l’été dernier. J’avais eu énormément de mal à rentrer dedans. Un vrai calvaire ! Un surdoué, des réflexions mathématiques un peu partout et un début assez lent… Bref, je n’étais pas du tout rentrer dans l’histoire.

Puis, j’ai quand même décider de lui laisser une seconde chance. Je n’avais pas envie de lire un pavé, ni même une saga. Je voulais quelque chose d’assez court, léger et fun. Et c’est exactement ce que j’ai eu avec « Le théorème des Katherine » !

En quelques lignes, il s’agit de Colin, petit surdoué pas sûr de lui, qui est tombé amoureux 19 fois et qui s’est fait larguer à chaque fois. Et ces 19 filles ont toutes un point commun, leur prénom : Katherine. L’histoire commence donc par son largage numéro 19, sa déprime, sa réussite au bac et aussi par l’entrée fracassante de son meilleur ami Hassan (qui est j’avoue mon gros coup de cœur du roman!). Celui-ci va l’obliger sur un coup de tête à faire une virée en voiture et l’aventure est lancée. En chemin, il vient à Colin l’idée de créer un théorème : « Le théorème des Katherine » qui serait capable de calculer, et donc de prévoir, la durée de vie des couples.

Je vous l’accorde, l’histoire est un peu loufoque. C’est quoi ce gars qui sort qu’avec des « Katherine » ! Et je vous répond : lisez pour avoir la réponse ! Le roman traite de beaucoup de problématiques adolescentes avec autant de légèreté que de sérieux : Avoir confiance en soir, oser être naturel, apprendre à se construire, grandir, mûrir, les relations avec les autres, les priorités et les responsabilités …

L’écriture est fluide, drôle et légère. Les personnages et les dialogues dans ce récit sont les plus grandes forces. Il est assez rare de voir des personnages masculins exprimés leurs sentiments de façon aussi sensible que le fait Colin dans cette histoire. Cela le rend plus touchant derrière l’aspect du petit génie, maniaque du contrôle. Quant aux dialogues, ils sont bourrés d’humour, potache, grinçant et même cynique, intellectuel aussi mais, toujours tendre. Je ne compte même plus les fois où j’ai ri bêtement à la fin (ou même en plein milieu) d’une phrase.

Avant de finir, il faut que je vous parle de la postface du livre. Écrite par un ami mathématicien de John Green, celui-ci nous montre un aperçu de l’imagination complexe et débordante de l’auteur. C’est réellement surprenant de voir comment l’idée et la construction du théorème s’est faite.

Conclusion

C’est une petite tornade ce roman. C’est un livre contemporain, romantique, drôle, frais, léger, décalé avec en même temps de la réflexion. J’ai retrouvé ce que j’aimais dans l’écriture de J.Green, l’humour et le sarcasme, une palette d’émotion, un petit côté philosophe mais,tout reste simple et doux. A découvrir !

Publicités

1 thought on “# Le théorème des Katherine de John GREEN”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s