Non classé

► Juillet Lecture ◄

Amis blogueurs, voici un nouveau bilan !  

(Très en retard, je le confirme …) 

11 livres lus  + 1 abandonné ce mois-ci !

Alors, oui je sais ! Nous sommes en décembre et je vous présente mon bilan lecture du mois de juillet … Pas très ponctuelle sur cet astéroïde, je ne vous le fait pas dire … Mais, je compte bien rattraper tout ça !

J’ai commencé mon mois de juillet avec une lecture commune (avec La demoiselle aux cerfs). Il s’agit du livre de Jean-Claude MOURLEVAT« Terrienne » (Chronique publiée). C’est une lecture jeunesse que j’ai vraiment adorée même si le côté « trop » jeunesse de l’écriture m’a empêché d’avoir un coup de coeur complet pour ce livre. Ici, on nous présente Anne qui est à la recherche de sa sœur Gabrielle, enlevé et emmené dans un autre monde pour le bon plaisir de ces dirigeants. Cet autre monde est aseptisé, les sensations corporelles sont une aberration. Avec l’aide d’un vieil écrivain, Anna va partir à sa recherche. L’histoire est vraiment originale et je l’ai trouvé très adulte pour un livre jeunesse. Elle aurait mérité d’être plus détaillé. L’action est bien présente et il y a une intrigue bien sympathique. Je ne suis pas très adepte des romans de science-fiction ou de fantastique mais, j’ai complètement été immergée dans cet univers parallèle que nous présente l’auteur par le biais de ces personnages. Je ne peux que vous invitez à vous plonger dedans !

« Pavillon 38 » de Régis DESCOTT (Chronique publiée) est dans ma P.A.L depuis pratiquement trois ans. Souvenirs d’un vide grenier pendant mes vacances en Corse ! J’avais bloqué sur le mot « Asile psychiatrique » du résumé et je n’étais pas allée plus loin. On retrouve une psychiatre qui accueille un nouveau patient, Dante. Psychopathe et schizophrène. Présumé assassin, persuadé que le Serpent du jardin d’Eden lui demande de tuer des femmes dans un rituel atroce. Au final, c’était une assez bonne lecture ! Je ne peux pas dire que j’ai adoré puisque l’histoire est assez gore et noire (schizophrénie, meurtres, crime, asile etc. En gros un thriller policier) et que ce n’est pas spécialement mon genre mais, il y a du suspence, une enquête et pas mal d’action. J’ai aimé que cela soit beaucoup plus complexe qu’il n’y parait et plus grave aussi qu’un meurtre de jeune femme. Il y a du sang, du danger, de la folie. Mais j’ai trouvé que le tout manquait un peu de tension et de frisson.

« L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes » de Karine LAMBERT (Chronique publiée) devait être ma lecture détente et sans prise de tête de cet été. Au final, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. C’est léger, frais, tendre et même assez plaisant à lire mais, ça manque cruellement de profondeur. Je reste sur ma faim, définitivement trop court et un poil niais.

« RUSH »« FEVER »« FIRE », trilogie érotique de Maya BANKS (Chronique publiée). Comment dire … Le soucis avec moi, c’est que quand je commence une histoire qui a des suites, je ne peux m’empêcher de tout lire à la suite et tant pis si je n’aime pas. Sérieusement, parfois je devrais essayer de mettre ma culpabilité littéraire de côté ! J’ai fini ces 3 tomes avec une rapidité déconcertante et (je l’avoue) en lisant en diagonal. Je n’avais pas spécialement d’attentes, simplement c’était du déjà vu, revu et re-revu ! Un peu trop cliché même. Pour le tome 1 (Rush) : Le mec riche et célibataire coureur de jupon dominateur avec une petite et douce innocente avec un caractère bien trempé mais, qui frisonne de plaisir avec un simple effleurement de peau. Le tome 2 (Fever), nous avons le droit au copain du mec riche et coureur de jupon et le tome 3 (Fire), c’est le troisième copain qui ferme la marche ! Tout va trop vite entre les personnages, pas d’histoire contraire, aucune crédibilité et bien évidemment trop mais, alors vraiment trop de sexe. Je sais que c’est un roman érotique mais, tous les 3 pages, c’est vite soûlant. Surtout que c’est toujours la même chose. Comme toujours le soucis avec ces histoires c’est que c’est addictif et que ça ce lit tellement rapidement. J’ai clairement eu l’impression de lire une fan fiction pour ado en manque et je sens que la chronique ne sera pas toute rose… 

« Le dernier jour d’un condamné » de Victor Hugo (Chronique publiée) aura été mon classique du mois. Un texte qui provoque milles et une émotion, un petit tourbillon. Hugo nous décrit ici les sentiments et la souffrance des hommes, avec un magnifique plaidoyer contre la peine de mort.

« 100 pages blanches » de Cyril MASSAROTTO (Chronique publiée).  Dans ce livre, un jeune homme découvre, lors de l’ouverture du testament de son grand-père bien-aimé : qu’il ne lui a rien laissé. Rien à part un vieux carnet au cuir râpé, avec une centaine de feuilles vierges. Cent pages blanches en héritage… Et une ultime lettre où le grand-père lui apprend que ce carnet est le plus grand trésor dont on puisse rêver. Et bien je peux vous dire que cette lecture aura été une belle surprise ! J’ai littéralement adorée cette histoire. Sur un fond de fantastique, on se laisse emporté par ce récit de vie. Il y a de la magie, de l’humour et de la vie ! Mention spéciale à la plume de l’auteur pour qui j’ai eu un véritable coup de coeur.

« Le plus bel endroit du monde est ici » de Fransesc MIRALLES & Care SANTOS (Chronique publiée). Le titre et le résumé m’ont happée, clairement je peux vous le dire : je suis faible On est avec Iris, âgée de trente-six ans, qui est bouleversée par la mort de ses parents dans un accident de voiture. Par un après-midi froid et gris où rien ne semble plus avoir de sens, elle songe à commettre l’irréparable. Quand soudain, elle découvre un petit café auquel elle n’avait jamais prêté attention. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveillé sa curiosité. Elle décide de pousser la porte et d’aller s’asseoir à une table. Je dois dire que je suis ressortie un peu déçue de cette lecture. C’est tendre et empreint de pensées positives mais, il me manquait un petit quelque chose. Un petit livre aux allures de conte philosophique agréable à lire tout de même.

« Malavita encore » de Tonino BENACQUISTA. La suite de « Malavita » m’aura bien satisfaite ! Un peu moins d’engouement que pour le premier tome mais, toujours aussi hilarant. On retrouve ici les quatre héros de Malavita, l’inénarrable famille Blake. Repenti de la mafia new-yorkaise, rebaptisé Wayne pour ce second tome. Finie la Normandie, bienvenue à Montélimar ou la vie tranquille ne pointe toujours pas son nez à l’horizon. L’humour noir et le cynisme qui débordaient du premier tome sont un peu moins marqués ici mais, on rentre dans les détails et avec plus de profondeur dans la vie de chacun. J’ai moins été portée par la vie de Belle et Warren qui à force de vouloir être si ordinaire perdait d’intérêt. Par contre, Gianni et Livia m’ont vraiment captivée. La plume de l’auteur est toujours aussi facile à lire. On passe des souvenirs d’affranchi du père entre les tracas de la vie de famille et c’est juste un régal !

« le tueur hypocondriaque » (Chronique publiée) de Juan Jacinto Munoz RENGEL a été mon abandon lecture du mois. J’avais de grand espoir mais, je n’ai pas du tout adhérer à l’humour, ni au ton que l’auteur a donné.

Et pour finir, mon énorme coup de coeur du mois  : « Le Montespan » de Jean TEULE. Au temps du très grand et très célèbre Louis XIV, le beau Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source inépuisable de privilèges. C’était sans compter Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan, fou amoureux de son épouse qui prend très mal la nouvelle ! J’aime cette période que je trouve fascinante et dans ce livre y’a vraiment eu tous les éléments pour que j’adhère à cette histoire. Au programme nous avons d’abord la sulfureuse idylle du marquis et de sa femme : galipettes, jeux d’argents, galipettes, 2 enfants, galipettes, parler et rire de bon cœur sur les nobles, galipettes .. Et puis le manque d’argent ce fait vite sentir. Une seule solution reste aux yeux du mari, taper dans l’œil du Roi en campagne militaire. Simplement tout est plus facile sur le papier, au niveau des faits c’est autre chose. Perdant sa crédibilité et son trop peu d’argent, son épouse devient par un concours de circonstance la favorite de notre très cher Roi-Soleil. Montespan est certes un homme passionnément amoureux et romantique, il va lutter en vain pour récupérer son ambitieuse et maintenant frivole épouse a qui la vie luxueuse de Versailles plait au point de s’oublier elle-même. Le ton du roman est très critique mais, aussi extrêmement drôle et absurde. Des personnages atypiques et grotesques. Le Montespan a été un coup de cœur littéraire comme je l’espérais !

On ce retrouve pour le bilan du mois d’Août ♪ 

Publicités

4 thoughts on “► Juillet Lecture ◄”

    1. Je ne dirais pas que je suis en retard mais carrément à la bourre ! x) J’avais une petite panne pour m’occuper du blog (autant dire la flemme quoi !)
      C’est vrai que pour Terrienne tu n’avais pas du tout aimé et l’immeuble des femmes j’ai retenu des points positifs mais comme tu dis : limite limite ! Bisous !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s