Non classé

# Les fourmis (Trilogie) de Bernard WERBER

Bernard WERBER fait parti de mon top 10 d’auteurs favoris. J’aime particulièrement son univers et son style d’écriture, sa manière d’amener les choses, de les décrire. En bref, je vais vous parler de sa trilogie des « Fourmis ».

IMG_1845.JPG

De quoi ça parle ?

(Résumé tome 1)

Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis seront nées sur la planète. Sept cents millions d’individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonies, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires… Ses armes aussi. Terriblement destructrices. Lorsqu’il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Jonathan Wells est loin de se douter qu’il va à leur rencontre. A sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces « infra terrestres », au fil d’un thriller unique en son genre, où le suspense et l’horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses. Voici pour la première fois un roman dont les héros sont des… fourmis.

Je vous en dit un petit peu plus.

Ne soyez pas septique juste parce que cela parle d’insectes, de fourmis. Il faut dire que c’est une incroyable odyssée que nous à préparer Monsieur WERBER avec cette trilogie. Réussir une aventure aussi énorme et passionnante avec des fourmis est déjà le point numéro un à cité dans cette chronique. Parce qu’il faut bien l’avouer, les fourmis ne sont pas le premier animal auquel on pense pour héros ou aventurier d’un livre. C’est ici qu’est l’adresse de WERBER.

Je ne vous fais pas attendre jusqu’à la conclusion, j’ai adoré cette trilogie. Pour être tout à fait honnête, j’ai été complètement conquise par le tome 1, aimer le tome 2 et trouver qu’il n’y avait pas besoin du tome 3.

Pour vous situer à travers cette odyssée, le premier tome nous immerge totalement dans le monde des fourmis avec les découvertes et les travaux révolutionnaires du vieil oncle entomologiste qu’est Edmond Well ! Son neveu, Jonathan, hérite de sa maison après sa mort et en s’aventurant dans la cave, fait une surprenante découverte. Une colonie de fourmis vit son quotidien bien au chaud sous cette maison et nous allons tous connaître de cette petite civilisation qui n’est petite que par la taille de ces habitants. Parce que oui, les fourmis ne sont pas si différentes des hommes dans leurs constructions et leurs mode de fonctionnement. On découvre un univers fabuleux, riche, fascinant et passionnant. On apprend énormément de choses, c’est instructif tout en nous tenant en haleine sur le déroulement de l’histoire. Le « monde humain » et le « monde fourmis » font nous être raconté de façon bien distinctes, indépendantes, jusqu’au jour où les deux mondes vont rentrer en contact. La communication est la base de ce premier tome.

Je ne voudrais pas vous en dire plus mais, sachez que ce premier tome vaut le détour ! Il est vraiment incroyable. L’aventure qui se joue à chacune des lignes de ce roman est d’un savoir et d’une imagination dingue !

Le second tome, « Le jour des fourmis », m’a un peu plus ennuyé tout en restant prenant et en faisant réfléchir. Cette fois-ci après le contact, viens la confrontation des deux espèces. Une croisade prend forme chez les fourmis pour tenter de combattre puis de comprendre qui sont les humains (appelés « les Doigts » par les fourmis). C’est tout aussi captivant et scientifiquement parlant stupéfiant.

Le dernier tome, « La révolution des fourmis » met fin à cette épopée avec la dernière phase : la compréhension. C’est celui qui m’a le plus déçu dans la tournure que prend les choses. Je m’attendais à autre chose au niveau des nouveaux personnages qui entre en jeux.

Conclusion

Pour finir, j’ai dévoré cette trilogie. C’est un mélange de science-fiction, de polar, de fiction, d’imaginaire, de roman, d’aventures, de science, de savoirs. On est instruit en s’amusant, on est complètement happé par ce monde miniature qui regorge de secret et de fait hallucinant. Une odyssée fantastique dans tous les sens du terme.

Publicités

2 thoughts on “# Les fourmis (Trilogie) de Bernard WERBER”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s